RICTUS (J.)

Lot 66
Aller au lot
5 000 - 6 000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 12 000 EUR

RICTUS (J.)

Les Soliloques du pauvre. S. l., Chez l’auteur, 1897, in-8°, vélin, plats décorés d’une gouache originale de Théophile-Alexandre Steinlen, signée et datée « 09 », décor se poursuivant au dos, couverture, tranches dorées, chemise et étui gainés de veau beige (Noulhac – Steinlen 09). 
ÉDITION ORIGINALE du recueil poétique le plus connu de Jehan Rictus (1867-1833), poète et chansonnier, collaborateur du Chat Noir.
Deux portraits de l’auteur par Théophile-Alexandre Steinlen (1859-1923) sur la couverture et en frontispice.
Le nom de Steinlen est indissolublement lié à celui de Jean Rictus.
L’un des 500 exemplaires sur papier vélin.

EXEMPLAIRE UNIQUE orné de 15 très beaux dessins originaux à pleine page de Théophile-Alexandre Steinlen, au crayon gras et aux crayons de couleurs, signés ou monogrammés, mettant principalement en scène Jehan Rictus.
Une intéressante reliure en vélin de Noulhac, peinte par Steinlen (technique mixte).
Les reliures en vélin vers lesquelles se tournent quelques bibliophiles à la fin du XIXe siècle incitèrent certains artistes à envisager la grande surface vierge qui s’offrait à eux comme celle d’une toile et à en utiliser tout l’espace disponible, composant ainsi, à l’huile, à la gouache ou à l’aquarelle, de véritables tableaux se développant sans interruption d’un plat sur l’autre. Ainsi Steinlen ici, qui représente la figure errante du poète soliloquant indifférent aux éclats sonores et colorés de la fête parisienne (le dos muet est lui aussi dévolu à la peinture). En 1903, l’auteur avait donné une édition augmentée de ses Soliloques du pauvre, illustrée par l’artiste; la couverture lithographiée de cette édition, intitulée «Paris la nuit», présente à peu près le même thème que notre vélin peint.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue