ARTOIS(Marie-Thérèse de Savoie, comtesse d').

Lot 10
Aller au lot
200 - 300 EUR
Résultat : 700 EUR

ARTOIS(Marie-Thérèse de Savoie, comtesse d').

Pièce signée « Marie Therese », intitulée « Menu général de la Maison de madame la comtesse d'Artois pour l'année mil sept cent quatre vingt cinq ». Versailles, 23 janvier 1785. 21 pp. 1/2 in-folio, sur ff. brochés en deux cahiers, quelques salissures et infimes déchirures aux premier et dernier f. État détaillé des dépenses de la Maison de la comtesse d'Artois prévues pour 1785 : paneterie, échansonnerie, pâtisserie, fournitures des officiers (cuisiniers), cire, bois, charbon, gages aux personnes de sa Maison (dames d'honneur et d'atour, premier maître d'hôtel, etc.), aux personnes extérieures (lavandier de paneterie, boulanger, premier garçon marchand de vin), dépenses diverses (loyer des offices communs à Versailles, « flambeaux à fournir aux pages lors des sorties de la princesse », etc.). Lesmenusde la comtesse d'Artois. Environ huit pages sont consacrées aux menus des tables de la comtesse et du premier maître d'hôtel le comte de Montbel, « à jour gras » et « à jour maigre », pour les déjeuners, dîners et soupers. Une princesse malheureuse. Marie-Thérèse de Savoie (1756-1805), fille du roi Victor-Amédée de Sardaigne, avait épousé le comte d'Artois, futur Charles X. Plutôt laide et timide, elle fut rapidement délaissée par son mari, mais lui donna tout de même trois enfants, dont les ducs d'Angoulême et de Berry. La Révolution la chassa d'abord à Turin puis à Klagenfurt. Elle qui aurait pu devenir reine quelques années plus tard, mourut en 1805 dans un quasi-anonymat. On joint : une pièce notariée établissant une reconnaissance de dette à l'égard d'un écuyer officier de la comtesse d'Artois et d'un valet de chambre ordinaire de la même (1780, 3 pp. in-folio, bords un peu effrangés) ; un portrait de la comtesse d'Artois gravé sur cuivre par Le Beau d'après Ferdink.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue