BAUDELAIRE (Charles).

Lot 36
Aller au lot
1 000 - 1 500 EUR
Résultat : 1 100 EUR

BAUDELAIRE (Charles).

Les Fleurs du mal. Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1861. In-12, (6)-319-(1 blanche) pp., page de titre imprimée en rouge et noir, demi-maroquin grenat à coins, encadrement de filet noir multiple aux entre-nerfs, tranches dorées sur témoins, couvertures, étui, ex-libris grattés sur la première couverture avec petite atteinte au texte, mouillure au faux-titre, quelques rousseurs, quelques inscriptions au crayon dans la table des matières (Trinckvel). Deuxième édition, en partie originale. Portrait-frontispice gravé sur cuivre par Félix Braquemond, estampé sur fond bistre. Cette édition ne contient pas les 6 pièces condamnées mais comprend 35 poèmes nouveaux. Baudelaire saisit alors l'opportunité de revoir la construction de tout son livre (dont on sait combien l'architecture avait été savamment calculée) et d'y introduire une section nouvelle, « Tableaux parisiens », dont le modernisme conduit droit aux « petits poèmes en prose » du Spleen de Paris. L'ordonnancement de cette deuxième édition est plus stricte que celle de la première. Baudelaire s'en expliqua dans une lettre à Alfred de Vigny de la mi-décembre 1861 : « Le seul éloge que je sollicite pour ce livre est qu'on reconnaisse qu'il n'est pas un pur album et qu'il a un commencement et une fin. Tous les poèmes nouveaux ont été faits pour être adaptés au cadre singulier que j'avais choisi ». Cette édition de 1861 est la dernière que le poète put revoir. Une mention manuscrite ancienne au faux-titre indique ici : « Baudelaire-Dufays ». C'est sous ce nom, empruntant une partie du patronyme de sa mère, que Baudelaire publia ses Salons de 1845 et de 1846, et qu'il fit alors l'annonce de son projet d'oeuvre Les Lesbiennes.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue